WINDOWS REPORTING WEB

19 novembre 2005

annuaire inscription gratuite

Capteur
Premier élément déterminant dans le choix d’un appareil photo numérique, le nombre de pixels du capteur. On parle aussi de résolution: cela correspond aux dimensions maximales de l’image. Ainsi, la valeur constatée sur les appareils de trois millions de pixels s’élève à 2048x1536, contre 2592x1944 pour un modèle à cinq millions de pixels  et de 3264x2448 sur les huit mégapixels… Prenez vos calculettes pour vérifier!
Mais attention, à ne pas confondre nombre de pixels et qualité d’image. Une photo numérique est le fruit d’une alchimie complexe touchant, bien sûr, au capteur mais aussi à l'optique, aux algorithmes de traitement des couleurs, à la qualité de la compression, etc. Bref, un appareil doté d'un capteur de cinq millions de pixels ne produira pas forcément de meilleures photos qu'un trois millions de pixels. Seulement de plus grandes.
S’il s’agit de réaliser des images destinées à Internet (site Web ou e-mail), une résolution VGA (640x480 soit 307200 pixels) peut s’avérer suffisante. À l'inverse, un huit millions de pixels autorise le tirage de posters de 50x75 cm.


Stockage

Chaque appareil photo numérique est compatible avec un type de carte mémoire (Compact Flash, SD Card, Memory Stick et xD-Card pour les principaux, mais également Smart média ou même CD-R). Seuls quelques rares boîtiers sont capables d’en lire plusieurs sortes. Par ailleurs, certains modèles d’entrée de gamme disposent d’une mémoire interne et d’un logement pour accueillir une de ces cartes. Leur capacité de stockage est généralement tellement minime que, dans tous les cas de figure, l'acquisition d’une carte supplémentaire s’impose. Il en va souvent de même avec les cartes fournies avec les appareils plus haut de gamme. Leur capacité ridicule implique l’achat d’une deuxième carte.
Lors de l’achat de carte mémoire supplémentaire, gardez en tête qu’à capacité équivalente, il vaut mieux en acheter deux plutôt qu’une (deux 256 Mo plutôt qu’une de 512 Mo). Vous gagnerez en liberté à l’usage. Avec un trimégapixel, 128 Mo constituera un espace confortable. Un modèle à cinq millions réclamera 256 voire 512 Mo.
Autre point à considérer par les utilisateurs disposant d'autres produits nomades fonctionnant avec des cartes mémoire – même s'il ne s'agit pas de baser l'achat sur ce seul critère –, il est judicieux de choisir des appareils partageant le même type de cartes afin d’éviter la multiplication des cartes et de pouvoir les échanger.

Formats
Trois grandes variétés de formats d’image cohabitent : le Raw, le Tiff et le JPeg. Présent dans les appareils haut de gamme, le Raw est un format propriétaire (chaque marque dispose du sien) non compressé qui restitue l’image brute prise par le capteur avant un quelconque traitement logiciel par l’appareil. Il ne fournit pas obligatoirement une image de meilleure qualité mais, à tout point de vue, beaucoup plus neutre. Son utilisation implique l’installation du logiciel du constructeur afin de pouvoir visionner les images sur un PC.


Plus répandu, le Tiff, également un format non destructif. La contrepartie est le poids des photos. Une image de 3 millions de pixels pèse 9 Mo quand une de 5 millions atteint 15 Mo. De quoi remplir rapidement une carte et ralentir le fonctionnement du boîtier. Quant au JPeg, format de compression disponible en deux ou trois niveaux sur l'intégralité des appareils, il offre évidemment l’avantage de réduire le poids des images. Il vaut mieux ne pas abuser du niveau de compression le plus élevé (souvent dénommé standard) car la qualité des tirages papier risque d’en pâtir.

Objectif
L'optique est l’un des éléments les plus déterminants d'un appareil photo. Au-delà de sa qualité intrinsèque, deux grands types d’objectifs coexistent: la focale fixe et le zoom. En photo traditionnelle, l’objectif à focale fixe est synonyme de qualité. En numérique, la focale fixe est généralement présente dans les appareils d’entrée de gamme, l’absence de zoom faisant baisser le coût de fabrication.
Nous vous recommandons un appareil avec zoom optique qui présente l’énorme avantage de permettre des cadrages différents depuis un même endroit et d’ajuster un cadrage, en fonction de la scène photographiée.
Principale donnée à prendre en compte : l’amplitude notée 2x, 3x 10x etc. et qui s'accompagne de son équivalent 24x36 en référence à la photo traditionnelle. Ainsi, un zoom 3x correspond généralement à un 35-105 mm en argentique, un 10x équivalant pour sa part à un 28-200 mm ou même à un 35-350 mm. Sans trop entrer dans les détails, 50 mm est considéré comme la transcription de la vision humaine. À partir de 35 mm et en dessous, on parle de grand-angle, ce qui permet d’embrasser une plus large vision, utile, par exemple, dans la prise de vues de paysages ou pour des photos de soirée alors que l’on manque cruellement de recul. Au contraire, au-delà de 100 mm, on parle de téléobjectif (ce qui est loin apparaît rapproché). Le téléobjectif a un autre intérêt: pour réaliser des photos de portraits non déformés, il faut user de ces valeurs hautes.
Enfin, il faut se méfier de la notion de zoom numérique. Le zoom numérique n’agit que comme un simple outil de recadrage dans l’image prise, via l’objectif. Il ne permet de gagner aucune information et n’importe quel logiciel de retouche donnera un résultat similaire.

Écran LCD
Parmi les différences les plus visibles entre un appareil photo numérique et un modèle traditionnel figure l'écran LCD. Son usage est particulièrement apprécié des possesseurs de boîtiers numériques. Et ils ont bien raison car le viseur, bien souvent ridiculement petit, n’offre qu’une vision déformée de ce que l’appareil va vraiment capturer en termes de cadrage.
Trois éléments permettent de choisir l’écran : ses dimensions généralement exprimées en pouces (1 pouce = 2,54 cm), sa définition énoncée en pixels et sa rémanence qu’il faut constater à l’oeil. Au-delà de la seule taille, c’est le ratio dimensions/définition, qu’il importe de prendre en compte. Car plus la définition est élevée, plus l’écran se montrera précis. De même, dans un magasin, l’idéal est d’essayer l’écran sous un spot afin de vérifier sa visibilité en pleine lumière. Pour la rémanence, il s’agit de vérifier que l’affichage se fait rapidement et permet de suivre un sujet en mouvement sans trop de difficulté. Certains appareils dotés d’écrans bas de gamme présentent des images saccadées. Dans ce cas là, si l’objet ou le personnage à photographier est assez rapide, il peut passer devant l’objectif sans apparaître à l’écran !

Batterie
Trop longtemps parent pauvre du numérique, l’autonomie des boîtiers est en constante amélioration, du fait d’une consommation des composants revue à la baisse. Cela n’empêche pas certains constructeurs de commercialiser leurs appareils avec de simples piles, généralement au format AA. L’achat d’un chargeur et d’un jeu de batteries NiMH s’impose.
Dans le même temps, les batteries Lithium-Ion, aux dimensions variables, ont tendance à se généraliser. Grand avantage, elles durent plus longtemps et leur efficacité est largement supérieure. Les gros consommateurs ont intérêt de prévoir d’acheter un autre jeu de piles NiMH ou une batterie Li-Ion supplémentaire, mais cette dernière est généralement vendue au prix fort. L’intensité de la batterie, exprimée en mAh est également un facteur important. Plus le chiffre est élevé, plus longue est la charge. Pour des batteries NiMH, 1800 mAh semble un minimum.

Déclenchement
Le temps de latence, l’écart temporel entre le déclenchement et la prise effective de la photo par l’appareil, est également un paramètre à prendre en compte. Si le contenu des images est essentiellement immobile (objets fixes, paysages, portraits…) celui si n’a pas vraiment d’importance. Il faut uniquement faire attention à ne pas bouger jusqu'à la prise de la photo. Si à l’inverse, les sujets sont en mouvement. Le temps de latence devient crucial. Il n’est pas rare de se retrouver avec la queue du chien alors que la tête était visée. Ce paramètre est en constante progression. Le seul moyen de l’évaluer est de tester l’appareil. Les indications des constructeurs se révèlent parfois farfelues et un temps de latence de 0,2 ou 0,5 secondes ne parlent pas à tout le monde.

Annuaire inscription gratuite

  1 Contact     2  Contact      3 Contact    



Posté par nualas à 02:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]